300

Publié le par Q1

300, un film qui donne envie de porter des gros slips en cuir.

Approchez, approchez, m'sieurs dames ! Admirez la première critique ciné de ce blog parue avant le film ! Et absolument pas liée à un regardage de divx, mais bien au fait que l'auteur de ces lignes a assisté à la projection donnée en avant-première au Grand Rex.
Mais je blablatte, je blablatte... Et j'en sens déjà qui trépignent en bavant : "Alors, alors, il est bien, 300 ?"

C'que j'ai à en dire , Ca n'engage que moi, et pour un point de vue un poil plus intello, voir les commentaires de la note précédente.

Alors voilà : quand les premières mesures de musique ont retenti dans la salle, j'ai été cloué à mon fauteuil par une déferlante sonique... et visuelle. Et quand le générique a commencé, j'ai eu l'idée saugrenue de regarder l'heure. 2 heures étaient passées sans que je m'en aperçoive.

300, c'est du brutal. Normal, on y cause d'une bataille entre des Spartiates et des Perses. Mais pour autant, on ne cherche pas la précision historique. On a l'histoire, l'héroïsme, la baston, quelques moments de calme, quelques moments d'émotion...
Mais au fond, 300 c'est un truc qui prend aux tripes, qui met en scène une bande de types surentraînés amenés à combattre à 300 contre un million... Et qui s'en sortent pas si mal. C'est musicalement chiadé, avec une BO alternant morceaux classiques et coups de guitare saturée, mais restnt très lourd dans les deux domaines. C'est une image dont les couleurs sont traités dans des tons allant d'un cuivré chaud à un argent glacial comme la nuit. C'est des acteurs qui jouent mes bourrins, mais qui les jouent bien. C'est des ralentis fréquents, mais pas trop, juste assez pour être sauvagement emphatique, renforcer l'effet des spartiates en montrant leur précision de guerriers... Et s'il y a quelques temps hors bataille, ils ne sont que des moments de calme entre deux ouragans.

300, c'est un film qui m'a fait bouger dans mon fauteuil, qui m'a fait (mentalement, on est civilisés quamême) hurler comme un bestiau... Et qui quand il s'est fini, m'a fait dire (en gros) : "PUTAIN, DEJA ?! RAAAAAAAH [râle d'extase] ENCOOOOOOOOOOREUH !"
Ca n'est pas un film intello, ça n'est pas romantique (enfin, y'en a une touche, mais ultra-light), ça n'est pas pour lesâmes sensibles ni pour les mômes, ça n'est pas du Grand Art, mais c'est complètement réussi, parce que c'est complètement excitant.

Bref, je sais pas vous, mais moi, le 21 mars, je sais ce que je vais (re)voir au ciné...

Commenter cet article

Q1 17/03/2007 10:05

Un commentaire qu'il est constructif, Mily... :))

Mily 16/03/2007 16:25

LEONIDAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAASSSSSSSSSSSSSSSSSSSS RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHH  SPARTAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaAANNNNNNNNNS RAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH  ENCOOOOOOOOOOOREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!