Happy Feet

Publié le par Q1

Happy Feet, c'est super.
C'est joyeux, c'est dansant, c'est gentiment subversif, c'est écolo...
C'est un excellent film, pour les petits et les grands critiquant clairement une société dirigée par la religion ou simplement une doctrine quelconque, faisant l'apologie de la différence. Que du positif.
Et puis y'a ce message écolo, et là, je bloque.

Parce que, en gros, ce qu'il se passe, c'est qu'au final on va sauver les pingouins parce que ce sont des créatures capables de danser... Et là je dis NON !
Halte à l'anthropomorphisme sauvage ! Arrêtez de faire des animaux des choses qui ne valent de vivre que parce qu'ils sont mignons et sympas (et à l'occasion musiciens) !
Un animal fait tout simplement partie d'un écosystème, qui risque de se casser la gueule si on y touche trop, et qui dit écosystèe qui se casse la gueule dit réactions en chaînes (puisqu'un écosystème est rarement COMPLETEMENT isolé), et dit conséquences assez peu prévisibles à grande échelle, parfois disparition de réserves alimentaires, ou apparitions de maladies, ou que sais-je...

On ne doit pas sauver les ours parce que Winnie est mignon ou les lions parce que Simba est sympa... On ne doit pas sauver les pingouins parce que Mumble danse la claquette... On doit empêcher ces bestiaux de disparaître parce qu'on ne peut pas vraiment maîtriser les conséquences de leur disparition...

...

Bon, ok, en vrai, je fais une exception à cette théorie pour ce qui concerne les pingouins.
Comme je suis un toutipeu en admiration devant ces bestioles et que c'est un peu mon totem sur les bords (allez savoir pourquoi, ça c'est imposé comme ça), je dois reconnaître que toute raison de les protéger, fut-elle anthropomorphisante, naïve et puérile, est une bonne raison.

Commenter cet article