Le spectacle pyrotechnique

Publié le par Q1

Voir des potes pour se faire une ch'tite soirée, je dis oui.
Aller avec ces potes dans le bled d'à côté pour voir un spectacle pyrotechnique, je dis oui... SAUF quand ce spectacle est celui que j'ai vu hier soir.

Y'avait pourtant un déploiement de moyens assez impressionant, eu égard à la taille du village.
Lasers, décors, feux d'artifices, lumières, chevaux, costumes... On avait de quoi en prendre plein les mirettes. Et côté mirettes, en fait, c'était pas *si* mal.

Mais à trop vouloir en faire, on se retrouve avec un truc très indigeste. Je m'explique : le thème était "le moyen-âge". Jusque là, une petite plongée dans l'Histoire, pourquoi pas. Sauf quand au lieu de réaliser une scène de vie, ou une histoire ayant pour théâtre l'époque susmentionnée on se retrouve en fait avec une pseudo-histoire d'amour entre un poète dont les textes se veulent si poétiques qu'au final la grammaire mange un mawashi dans les gencives et le sens des phrases se perd dans des tours et détours aux rimes assez foireuses. Et alors sa gerce, c'était une servante du château. Sauf qu'au lieu de la faire causer façon vulgus moyennageux, on lui a mis de lignes de textes censé faire cité-HLM (enfin, cité HLM ou cour de récré de primaire, je sais pas trop...) déclamé comme au théâtre, donnant au tout un feeling assez gerbant, un peu comme si Jack Lang parlait en verlan avec ses intonations précieuses habituelles, 'voyez ?
Et cette pseduo-histoire d'Amour, elle est en fait un prétexte placé entre des saynètes sans grand lien logique qui sont à chaque fois une page d'un livre d'histoire mal illustré, transposé en une saynète surjouée à mort et sonorisée avec le dernier mauvais goût.

Qu'on me comprenne bien : je n'ai rien contre le fait de mélanger culture et humour, bien au contraire... Mais mélanger des pages à vocation pédagogique (départ aux croisades, mort de Louis IX, procès bâclé des Templiers, Jeanne d'Arc qui crâme à Rouen) avec le pire de la musique des 50 dernières années (en play-back, s'il vous plaît)... La chanson du chevalier blanc, passe encore... Era remixé dance, passe encore... mais franchement, Lio, Queen ou Michael Jackson... C'est quoi ce bordel ?!
Surtout quand Queen sur la scène de tournoi, c'est un plagiat éhonté du film chevalier.

Ce spectacle était donc un mélange indigeste au possible de culture pop, de banalités sur le moyen-âge (cf. cours d'Histoire de 4e), de dialogues plats, de surjeu, et le tout servi par des moyens techniques importants, confirmant ma petite idée que le trou paumé a voulu se prendre pour le Puy-du-Fou... Bref, un superbe exemple d'illusion de grandeur.
Ce qui me désole encore plus, c'est que ça a été fait en majeure partie par des bénévoles qui ont dû y mettre du coeur, et écrit par quelqu'un qui a dû se dire "ouah, c'est trop bien, ça !"... Ou au contraire "Bon, c'est à chier ce que j'ai fait... mais je suis payée, je m'en fous". Je n'arrive toujours pas à décider entre l'imbecilité heureuse (ou incompétence) et la fumisterie pure, sur ce coup là...

Publié dans Capharnaüm (Divers)

Commenter cet article