L'effet Maceo / L'effet JayKay

Publié le par Q1

Y'a un truc marrant dans les festivaux. Vals ? Festivals ? Soit.

Y'a un truc marrant dans les festivals. Enfin, un truc... y'a plein de trucs marrants, sinon ce serait pas des festoches, mais y'a un effet, particulièrement, qui m'amuse.
C'est cet effet qui pousse le festivalier qui était venu pour voir un ensemble de groupes bien définis, et qui se retrouve par moments désoeuvré, vu que y'a pas de groupe-qu'il-veut-voir-impérativement qui passe. Et du coup, notre festivalier, il se retrouve à aller voir un groupe qu'il avait pas prévu de voir. Juste parce que le nom lui dit vaguement quelque chose, on qu'un pote lui en a parlé un jour, ou qu'il aimait la musique en question 7 ou 8 ans auparavant...

Bref, par exemple, alors que le festivalier venait pour voir Apocalyptica, Carcass, Serj Tankian, et autres métallos, le festivalier se retrouve à aller voir... autre chose.

Genre, un soir, le festivalier se retrouve à voir Jamiroquai. Et au bout de 3 notes, le festivalier se retrouve à se dandiner comme un canard épileptique sur une basse groovy qu'il a pas vu venir. La traîtresse.
Et là, il se dit, le festivalier, dans son cerveau inondé de décibels, que c'est "trop trop fun grave de ouf", comme concert. Mais que globalement, aussi "trop fun grave de ouf" fut-ce, il se voit mal payer les 45-50€ pour aller voir le même concert en verion étendue à Bercy.

Ca, c'est l'effet Jamiroquai-Sinclair : en festival, c'est trop trop bien, et tu kiffes grave de la mort qui tue la mère de sa grand-mère en short chez les schtroumpfs (on pourrait rajouter "sous acide", mais ce n'est pas le cas, alors non), mais c'est inenvisageable d'aller voir le concert en salle pour plus de 15-20€.
Ce qui n'a, soulignons-le, aucune chance d'arriver.

Et puis il y a l'effet Maceo. Parce que après les concerts de catégorie "must-see", on se retrouve avec les concerts de catégorie "on jette une oreille, et d'ici une heure on se casse".
Et là, tu rentres sous une tente, et l'orchestre se met en place. Et d'un seul coup, poum ! Tu te retrouves à te tortiller sur une basse funky à mort. Et ça dure. Et tu te dandines, et t'as le sourire, et tu répètes des phrases vides de sens un godzillion de fois ("Make it fun-ky !"), et t'as chaud, mais tout le monde autour de toi se tortille, et c'est la fête, et c'est le total funky fun de la life qui déchire grâve...
Ca ne veut rien dire, mais l'idée est saisissable.

Et là, on se dit que, ouais, y'aurait moyen de retourner voir un concert du même genre, même en y mettant le prix... par contre, y'a pas moyen d'écouter cette musique en cédé. C'est plat, c'est mou du cul, il manque ce gros gras groove qui fait gigoter en pilote automatique...

Donc, pour résumer, cet article postule l'existence de deux effets distincts mais pas forcément incompatibles :

L'effet JayKay, dit aussi effet JayKay-Sinclair, ou effet "Festoche only" : Le plaisir procuré par un groupe en live est inversement proportionnel au quotient du prix du billet sur le nombre de concerts accessibles avec ledit billet.
En gros, si je paie 50€ pour voir *un* groupe, ce sera vachement moins fun que si je paie 100€ pour en voir 12 ou 15...

L'effet Maceo : Les groupes auxquels cet effet s'applique feront des concerts tellement démentiels que leurs albums n'en sonneront que plus vides. Ces groupes seront donc intéressants seulement en live.

Commenter cet article