Travailler plus pour dormir moins

Publié le par Q1

Chassez le naturel, il revient au galop. Ca faisait un bout de temps que j'avais réussi à maîtriser mon rythme de sommeil. Enfin, maîtriser... disons à revenir à un rythme décent. 7h de sommeil par nuit, à peu près assez pour tenir la semaine.

Oui, mais les cours ont repris. Et qui dit cours dit examens et devoirs à rendre.
Or, il s'avère que je suis toujours infoutu de bosser autrement qu'en toute dernière minute. Du coup, là, je vais me coucher à 2h30, dans un état de nerfs avancé (café oblige), en ayant pris 12 kg (gavage oblige), et en ayant fait en 3h ce que j'aurais dû faire en ... disons plus. 

Cela dit, tout espoir n'est pas perdu.
Là où j'aurais TOUT fait en dernière minute il y a peu, j'ai cette fois entamé le boulot quelques temps à l'avance. Du coup, avec cette impression d'avoir pris de l'avance, je culpabilise encore moins de finir le truc la veille au soir.  C'est juste un peaufinage. Même si le "peaufinage" en question représente 80% de la masse de travail nécessaire.

Et puis, non, tout espoir n'est pas perdu pour cette année parce que j'ai pas mal de matières qui m'intéressent grandement, et sur lesquelles bosser n'est pas vraiment un boulot, dans la mesure où j'y prends un certain plaisir.

J'avais complètement oublié le plaisir masochiste qu'il y a à réécire totalement un bout de programme qui foncionnait à peu près pour en faire un truc plus classieux, mais qui ne tourne plus, et ce sans qu'on sache pourquoi. Aaah, le bonheur de s'arracher les cheveux pendant des heures pour un point-virgule oublié, ou un "$" mal positionné.
En fait, non, le bonheur ne vient pas de là, je vous rassure. Le vrai bonheur, c'est de s'arracher les cheveux pendant 4 heures pour finir pr obtenir un prog qui fait *exactement* ce qu'on voulait lui faire faire. Ca a le mérite immense d'être incontestable (à mon niveau du moins).

C'est à dire que, dans le cas d'une dissertation du genre "comparaison des usages des afixes en kurde et en tchèque ancien", on est jamais sûr à 100% de soi. On se dit qu'on a peut-être oublié un point important, ou mal interprété la thèse du Professeur Bismuth sur "les suffixes des patois Soudanais".

Alors que le programme, quand il tourne, il tourne ! Et si après on veut rajouter une exception, un module facultatif mais qui facilite la vie... Ben ma foi, on ne fait que se remettre deux heures au boulot pour obtenir à nouveau toute la satisfaction obtenue lors de la finition du programme.

Parce que la joie est la même, que l'on vienne de passer 4h sur le coeur du système ou vingt minutes sur une fonctionnalité sympa. Cette joie du type qui lance son programme et qui ne prend pas de message d'erreur en retour, c'est du bonheur sans limites !

Bon, un jour, le programmeur qui se faisait plaisir en tapotant ses lignes codes réalise qu'être amoureux, avoir une petite amie et une vie sociale, c'est agréable aussi, et tout ce joli blabla sur la beauté du travail bien fait ressemble soudain à un discours d'immonde propagande.

Certes.
Mais moi, là,
J'ai même pas ma chérie pour me gratouiller la tête en me sussurant des choses du genre "Oooh, que tu es beau quand tu codes" ou "Mon dieu, quelle sublime implémentation de cet algorithme récursif !", après ce dur labeur. (Oui, je sais que je vais perdre au moins deux phalanges pour écrire des conneries comme ça... tant pis !)

Mais non, moi je me fade une sombre histoire d'acquisition du langage chez les enfants non-encore-lecteurs, via la lecture d'un bouquin à un nain de même pas 6 balais. En clair, un sujet que je ne maîtrise pas, qui ne m'intéresse finalement que peu, et que j'aurais aimé ne pas avoir à étudier. Et la demoiselle de mon coeur va se payer ma tête tout le weekend, en plus, parce que les gniards qui apprennent à causer, c'est son rayon.

C'est vraiment trop pas juste !

(message perso : mon poussin d'amour, ce serait vraiment sympa si tu trouvais la motivation, l'aveuglement, que dis-je, l'abnégation nécessaires pour me gratouiller la tête en vantant les mérites de mes scripts à deux balles comme si tu étais vraiment onvaincue qu'ils étaient géniaux. Je t'aime !)

Commenter cet article

Acolyt n°1 30/11/2007 03:40

J'avoue je les ai pas vus ensemble, mais bon il faut dire que je suis dans un trou perdu du montana

Meuble 29/11/2007 19:15

C'est vrai qu'ils sont mignons, tous les deux :')

Troll 29/11/2007 07:24

Moi j'aime bien voir Q1 dans cette situation de bonheur simple et bête... Continue vieux.

Acolyt n°1 29/11/2007 05:00

Q1 fait gaffe à pas devenir neuneu avec tout cet amour qui dégouline. Ceux qui se font plaquer dans ces conditions sont souvent ramassés à la pelle par des pompiers au pied de la tour eiffel. Comment ça je suis un connard à l'âme noircie? Bah allez c'est mignon... Ça me rappelle quand l'amour avait fait de moi un petit bonbon tout rose. Pour mieux refaire de moi un metalleux qui ne respecte que la bière.

Marie ... 28/11/2007 22:16

Oooh, que tu es beau quand tu codes !!Mon dieu, quelle sublime implémentation de cet algorithme récursif !...Bon ok, c'est Tom. J'ai pas résisté