Incapable

Publié le par Q1

Aujourd'hui, mon métro a été retenu à quai à la station Cité pour cause de malaise de voyageur.
Malaise de voyageur, ça veut dire qu'un type a fait une crise d'epilepsie dans ma voiture de métro. A côté de la porte du fond. A un bloc de sièges de moi. 2m25 avec obstacles, pas plus.
Le temps que je réalise qu'il se passait quelque chose d'anormal, que j'enlève mes écouteurs et comprenne exactement la nature du problème, trois personnes avaient pris les choses (enfin, l'épileptique, surtout) en mains, mis le type en position latérale de sécurité, sorti le type de la voture, étendu le type sur le quai, et à peine étais-je descendu voir si je pouvais être d'une quelconque utilité que deux agents RATP sont venus maintenir le type au sol pour ne pas qu'il se blesse tout en appelant les pompiers.

Je ne me suis jamais senti aussi inutile. Jamais.
Sur le moment, entre le fait que je ne savais pas s'il existait un moyen de calmer une crise d'épilepsie (bon, ok, en fait non), le fait que je ne contrôlais rien puisque d'autres s'en étaient chargés à ma place, et que je suis reparti avec mon métro, laissant là ce pauvre gusse en pleines convulsions (avec option cris plaintifs et inarticulés, et option salive blanche qui mousse... le top !), j'ai eu l'impression d'être un gros, un énorme boulet.

A cet instant là, je n'ai jamais autant regretté de ne pas avoir fait d'études de Médecine.

Plus tard, après une bonne séance de karaté avec combat au programme, je me sens mieux.
Après tout, je me rappelle du type pas frais que j'ai moi-même mis en PLS lors d'une soirée pour éviter qu'il ne s'étouffe dans son vomi (y'avait pas un grand grand risque, mais sait-on jamais...), avant de vérifier son état de conscience.

Je me suis aussi rendu compte que si j'étais pas excellent en combat, j'étais quand même capable d'un peu de finesse de temps en temps... analyser le comportement du mec en face pour trouver les failles, et sentir son pied fouetter les côtes de l'adversaire comme pour confirmer qu'on avait raison. Ô joie !

Je ne suis pas capable d'aider un epileptique, mais je peux tatanner un karatéka moyen. On se console comme on peut.

De toutes façons, j'ai pas de raisons de m'apitoyer sur mon sort, il est tout sauf à plaindre.
En plus, cet épisode (un chouya marquant... c'est super impressionnant, un épileptique, on a pas idée...) m'a fait prendre une bonne résolution (que je reportais aux calendes grecques depuis un bail) : à défaut de Médecine, je me suis inscrit au prochain stage de la croix-rouge pour passer le PSC1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1, anciennement AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours). Ca va me coûter 50 ou 60€, et me prendre un weekend. et ça ne me dérange même pas.

Au moins, la prochaine fois, même si je sers à rien, je serais en mesure de voir si les gens qui prennent les choses en mains le font à bon escient. Et puis si ça se trouve y'aura pas de prochaine fois, et ce serait pas plus mal. Mais bon, si il dvait y avoir, j'aurais l'air moins con.nti_bug_fck

Publié dans Reflux d'Ego (Moâ)

Commenter cet article

Tom 26/11/2007 23:15

Un épileptique a démarré une crise à Orly, dans mon hall d'embarquement, à la seconde où j'ai filé ma billet et ma carte d'identité. C'est en effet vraiment très marquant. Et tu es vraiment face à face avec le fait de pas savoir faire grand chose.En tout cas, ils sont organisés à Orly. En 10 sec, il y avait trois pompiers sur place.