Within Temptation

Publié le par Q1

Pour mon anniversaire, parmi tout un chouette tas de cadeaux de qualité, il y avait une place pour le concert de Within Temptation au Zénith de Paris ce lundi.

Within Temptation, c'est un groupe que j'ai vraiment découvert à Sziget. J'en avais gardé une impression pas dégueu, un groupe qui ne se la pèt pas, qui communique avec son public, bref... du metal gothique sans être pédant.

Eh bien ma foi, je maintiens mon avis. Et suis resté sur le cul de la qualité du spectacle. D'abord, la mise en scène est forcément moins dépouillée que lors d'un fetsoche, mais passer d'un drap avec un logo à un fond peint représentant les toits d'une ville au dessus desquels sont projetées diverses vidéos, avec juste devant une paire de statues et des gargouilles en ombres chinoises, ça fait un choc !

Et puis le public... Si celui de Sziget n'était pas mou, celui du Zénith était complètement hystérique. Une fanbase plus que solide répondait au quart de tour aux sollicitations de la chanteuse (et que je te secoue les bras, et que je tape dans les mains, etc...). Et le fait que le guitariste s'adresse au public en Français a rajouté au bon esprit et à la bonne (très bonne) ambiance.

On notera aussi le fait que 3 chansons de la setlist avaient été choisies par référendum auprès du public via le site du fan-club français de WT... Si ça c'est pas se soucier de son public, je sais pas ce que c'est.

Je pourrais parler du côté musical, mais ça sert à rien. Ecoutez quelques morceaux de Within Temptation, on se fait assez vite une idée et c'est pas foncièrement différent en live. Il faut juste ajouter un public chaud bouillant.

Un détail désagréable, par contre, fut le timing... Annoncer 19h30 sur les billets pour commencer à 20h, ok. Avec deux premières parties... Admettons.
D'abord Delain, un groupe qui ressemble furieusement à WT en plus soft, et pour cause : il a été fondé par l'ex-pianiste de Within Temptation. Une sympathique ouverture, qui crée bien l'ambiance.
Et puis, pof, on enchaine avec The 69 Eyes, du rock saleavec un chanteur à la voix de basse de chez basse... Musicalement, c'est pas trop dégueu... Mais la voix du chanteur me donne envie de rendre mon sandwich et le look cuir clouté moulant est vraiment peu à mon goût. Ca peut se décrire comme du glam-goth, parait-il... Ca me parait pas mal. Bref, j'ai préféré jouer à Tetris sur mon téléphone en attendant que ça passe.
Du coup, le concert proprement dit a commencé à 22h... Et sortir du Zenith à 23h45 bien tassées, ça veut dire rentrer franchement tard chez soi. Au moment où j'achève cette note, il est 2h20 du matin...

Heureusement que je me lève pas trop tôt demain et que j'ai vraiment aimé ce concert (en fait, si ma chérie avait pu être là, c'eut été parfait). Ouais, ça valait le coup.

Commenter cet article

Lelf 11/10/2007 14:37

Roooh, ils étaient marrants les 69eyes. J'aurais dit Vampire Kitch perso pour le style. Musicalement sympa mais traînant un peu en longueur parfois (se reposer sur le chant d'une basse, ça a tendance à endormir quelque peu).Sinon Within c'était bieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeen ^^J'ai encore des courbatures aux mollets (faut pas chercher), mais la voix cassée et les cervicales se sont remises rapidement ^^Et tu as raison, avec le chéri ça aurait été encore mieux.Encore désolée de ne pas t'avoir croisé, l'organisation s'est déjà faite tellement à l'arrache pour moi, et sans mon tel... enfin bref.Contente de voir que tu as aimé :)