Bon pour le service !

Publié le par Q1

Aujourd'hui, j'ai été voir ma toubib, celle que je ne vais voir que quand je vais bien. Quand je vais pas bien, je me démerde.
J'y allais pour lui demander un certif médical pour reprendre le karaté. Du coup, comme c'est une toubib un brin consciencieuse, elle a pris mon pouls, ma tension, et rebelote après "effort" (20 génuflexions, on a vu pire... [gloussements]). Il s'avère que mon coeur bat lentement, avec une tension stable même après effort, et que je mets moins d'une minute à retrouver mon pouls normal après effort.

En clair, je suis équipé d'un moteur plutôt performant.

Tout ça m'a fait gamberger un peu.

J'ai pensé à mon genou qui m'avait tirillé la veille, et à toutes les fois où j'ai laissé passer diverses petites et moyennes douleurs. J'en suis arrivé à la conclusion que si je suis du genre geignard, à me plaindre pour un oui ou un non, je n'en suis pas moins une tête de pioche. En clair, j'ai mal, mais il est hors de question que je laisse ladite douleur me dicter ma conduite. Serais-je un peu maso ?

Par ailleurs, je me suis dit que, quitte à avoir un coeur qui suit plutôt pas mal le mouvement, il serait intéressant de voir jusqu'où il peut m'emmener. Enfin, quand je dis mon coeur... Si le moteur est bon, faut encore s'assurer que la mécanique suive. Or, elle est pas dégueu, mais pas encore au top. Looooooooin de là. Loin même d'un niveau qui me permettrait de foutre au placard toutes mes réflexions vis-à-vis de moi.

Du coup, je me demande si il serait possible de bouger tout ça. Tout ça ? Ben, moi, quoi. Ajouter au karaté un sport d'endurance bête et méchant. Comme, au hasard, du VTT ou de la course à pieds. Et là, je me dis... Quitte à faire ça, pourquoi ne pas se fixer un objectif un peu foufou ?

Du coup, si jamais pour une fois ma volonté ne me fait pas défaut, je vais essayer de faire au moins une séance d'endurance par semaine. Genre aller vététer 30 ou 40 bornes ou courir... merde, j'ai pas la moindre idée de ce que je peux courir à ce jour sans finir explosé. Ni la moindre idée de ce que je peux courir avant de craquer complètement.

Faut que je teste ça.

Parce que, voyez-vous, quitte à faire des plans sur la comète (car -ne nous voilons pas la face, c'en sont), je me dis qu'avoir un objectif cométaire serait une bonne idée. Alors, courir un marathon, c'est du délire. Mais faire une course de 10 km... Ca doit pouvoir se tenter, avec l'entraînement adéquat.
Si jamais je m'accroche à ce plan fou. Si jamais mes genoux ne me lâchent pas. Si jamais je parviens à courir plus de 10 bornes d'un coup et à rythme régulier... Alors, je on pourra parler de l'Objectif. Avec un grand O.

Mais on verra ça dans un futur qui risque de ne pas être si proche que ça. Il faut que je reste lucide : je suis avant tout une grosse feignasse. Mais une grosse feignasse qui a envie de se bouger est-elle toujours une grosse feignasse ?

Publié dans Reflux d'Ego (Moâ)

Commenter cet article

Mic 15/09/2007 00:36

De rien, toujours le mot pour motiver xD

bedet' 14/09/2007 18:35

Oula oula, courir est complètement différent de donner des coup de latte ! Sauf si tu donnes des coups de latte avec l'intégralité de ton poids et avec un moyenne de quatre fois par secondes pendant une demi-heure. Mais si c'est ça, tu peux limite poser ta candidature pour un film de Karaté, parce que c'est un sacré exploit.

Panthère 13/09/2007 16:55

+1 sur Troll. Le sport, ça fait finir chez l'ostéo, qui te fait craquer de partout et mal à masser des muscles tout crispés... oui mais s'il est mignon, sympa, et qu'en plus vous discutez musique pendant toute la séance... 8-)Bon courage en tout cas si tu t'y mets, je te soutiens moralement !

Troll 13/09/2007 15:53

Être sportif, c'est pas une question de nombre de séances... C'est un état d'esprit.

Q1 12/09/2007 22:47

Ah, et QCMbis : bon, eh ben si je m'en tiens à cette définition, à partir de la reprise du Karaté, je serai sportif.