Comme un lundi (de merde)

Publié le par Q1

Levé après pas assez d'heures de sommeil, les yeux bouffis. A peine déposée sur ma cornée, la lentille gauche fait des siennes.  Je chope mon train sans courir. Mauvais signe, ça.

C'est un peu comme un corollaire de la loi de la tartine beurrée : "si la tartine tombe du bon côté, c'est pour que vous marchiez dedans."
Là, c'est plutôt : "si tu attrapes ton RER sans courir, d'autres emmerdes t'attendent"

Et donc, arrivé à la gare dans Paris, je me rue dans l'escalier pour aller choper un métro, je prends un superbe appui sur la jambe droite, afin de jeter ma jambe gauche à un niveau permetant de grimper les 3 premières marches d'un pas allongé, et là -chpink !- je ressens une sensation désagréable voire douloureuse, un peu comme si mon mollet et mon pied restaient vissés au sol alors que mon genou et ma cuisse s'élevaient suite à la poussée.
Résultat, une douleur légère mais néanmoins persistante au genou.

Depuis quand il faut s'échauffer pour monter des escaliers ?

Arrivé au SPECTRE, j'ai à peine le temps d'entamer ma tournée matutinale que je me fais halpaguer par une des agents qui m'informe que l'un des gardes de l'immeuble secret est décédé ce weekend. La dernière fois que j'avais eu de ses nouvelles, il convalescait. Et pis là, il convalesce plus, du coup.
Comme c'était un chouette type, pas plus vieux que ça, ça fait quand même drôle. Enfin, drôle... Non, en fait, c'est franchement désagréable, comme entrée en matière.

Y'a même de quoi vous filer une humeur morose pour la matinée.

En plus, Moneypenny me relance sur un produit introuvable chez nos fournisseurs habituels. Je me retrouve à faire un saut à la centrale d'achat secrète (nom de code "Xirponom") pour ramener la poudre nécessaire au prototype connu sous le nom de code "Dishwasher-X03". Ce qui me permet de confirmer que mon genou tiraille un peu. Pas bon, ça : je suis censé reprendre le karaté d'ici une semaine...

Ajoutez à ça un trimballage de bordel plutôt lourd dans tous les sens et une espèce de mélange morosité-fatigue générant une apathie de bon aloi, et vous obtenez un lundi pourri.

La vie d'agent du SPECTRE n'est pas tous les jours une joie.

Commenter cet article

Val 11/09/2007 21:02

Quand on a décidé coûte que coûte de prendre la journée du mauvais côté, forcément, elle va pas se retourner toute seule et montrer sa jolie face!

Lelf 11/09/2007 09:18

Bah bien sur qu'il faut s'echauffer pour monter les escaliers. Je suis bien censée m'échauffer pour aller au boulot (nié toujours bobo à la cuisse depuis 3 semaines...)Je compatis sur les journées de merde, j'avais prévu tout ma journée et bien sûr l'imprévu s'est amené sous la forme d'un cerveau défaillant. Sur ce j'y retourne, les matières grasses laitières n'attendent pas...J'espère que t'auras passé une bonne journée cette fois ;-)

mbfcs2 11/09/2007 01:05

"La dernière fois que j'avais eu de ses nouvelles, il convalescait. Et pis là, il convalesce plus, du coup."Juste magnifique.