Sziget - Jour 6

Publié le par Q1

Leves de bonne heure (comprendre avant midi), Tamas , Greg et moi arrivames sur Obuda en debut d'apres-midi. comme le premier concert n'ateait pas prevu tot, on a eu le temps de faire un tour du site, de resoudre quelques casse-tetes sur un stand qui en proposait, de repondre a deux ou trois questionnaires divers, et de faire de la lutte facon sumo ( dans un gros costume spherique, rembourre et bien lourd...), sans parler d'un karaoke afin de s'echauffer s'achever les cordes vocales.
Vint alors le moment du premier concert, qui nous fit rejoindre la grande scene.

!!!
Pas grand chose de different depuis Solidays, a part la taille de la scene et le nombre de gens dessus. Musicalement, c'est toujours sympa, mais un tantinet ennuyeux sur la fin. D'ailleurs, l'ambiance est gentiment dansante, mais ca fout pas plus le feu que ca.

Apres ce concert comme debut, nous partimes refaire un tour, et manger un hot-dog delirant. Un hot-dog, c'est du pain et une saucisse. Mais la, on avait ajoute une masse impressionante de garnitures vegetales genre concombre, chou, oignons, coleslaw... dont une quantite pas completement anecdotique a fini par terre, parce qu'au final, c'est un hot-dog delicieux et copieux, mais un tantinet complique a manger.
De la, on se rapatrie vers la Grande Scene pour le deuxieme concert. On prend un verre pas loin, profitant ainsi de debut de loin, et puis on se rapproche.

Tankcsapda
Prononcer "Taunktchaupdau". Piege a tanks, en gros. Un groupe de bon gros rock avec des riffs pas trop complexes mais qui font bein secouer les tifs, des solos de guitare pas degueus, et des paroles auxquelles j'ai rien compris, parce que le Hongrois, je gere pas. Meme au bout d'une semaine. Cela dit, c'est vraiment pas mal du tout, et la foule locale apprecie enormement. Apparament, c'est de toutes facons LE groupe de rock le plus populaire de Hongrie. Pas mal, j'insiste.

Apres ca, on a pas ete faire un tour. On est reste dans le coin en attendant le concert attendu depuis le debut du festival, la grosse pointure. Et a 21h35, ca a commence.

Tool
Tool, c'est la quatrieme fois que je les vois en concert. A force, je n'attends pas moins qu'un haut niveau de qualite.
Eh bein pour le coup, Tool m'a decu. D'abord, la technique. Le nicro est honteusement sous-regle, et le chanteur est assez discret, du point de vue sonore. Du point de vue visuel, on a droit a des projections associees aux morceaux joues qui permettent de bein rentrer dans le trip. Jusqu'a un reboot systeme au milieu du concert, ce qui nous a permis d'avoir en lieu de formes tourbillonantes un superbe ecran de demarrage d'ordinateur... Pas genial. Et puis, si y'a pas d'autre concert derriere, pourquoi s'arreter pile poil a 23h ? C'est putain court, huit morceaux. D'accord, ca reste Tool, la musique est toujours aussi planante et delirante, mais franchement, a moins de ne les avoir jamais vus en concert (et encore, le bug de visuels est quand meme flagrant), c'est un poil decevant.
Set list : Jambi, Stinkfist, 46&2, Schism, Rosetta Stoned, Flood, Lateralis, Vicarious. Des tres bons morceaux, je dis pas, et puis les breaks a rallonge pour caler un solo de batterie c'est pas un mal du tout...mais deux ou trois de plus, c'aurait pas ete du luxe.

Suite a ce concert, on part sans but precis, diversement satisfaits, et on tombe par pur hasard sur une connaissance de Tamas (Zita, si je ne m'abuse, mais je n'ai entendu son prenom qu'une fois, je peux me gourer), accompagnee d'une amie a elle (et la, j'ai un trou de memoire quant a son nom...).
Apres divers errances, de verre en verre et de stand-bar en stand-bar, a la recherche de musique potable pour faire un peu la fete, on tombe sur le bar en face de la scene world dont le DJ a decide que ce serait soiree fiesta. On arriove sur du ska, tout le monde danse sur les tables. Je me force un peu au debut, victime d'un sale coup de barre, et puis, le coup de barre passe, ca devient du vrai fun. La musique est essentielleemnt francophone, allant de ska a chanson festive (option section cuivres), derivant mine de rien sur des trucs plus arabisant, revenant tout en finesse sur du Kusturica... On s'est retrouves dans un groupe de gens debouts sur les tables et les bancs (en gros bois bein massif, pas de souci de ce cote la), nous memes debouts sur lesdits meubles... Du grand delire, une super ambiance, et ca aurait pu durer des heures (mais a un moment, on fatiguem quameme...).
Mais le plus genial, c'est qu'au milieu de ce joyeux foutoir, sur le coup de 3h du mat', j'avise sur la table en face un type dontr le visage me dit quelque chose. J'y regarde a deux fois, et sans aucun doute je reconnais Mischi, un bon pote de fiestas de quand j'etais a Helsinki en Erasmus, et que j'avais completement perdu de vue (trop occupes a faire la fete, on n'avait jamais pris le temps de se refiler nos coordonnees). Je l'appelle, il me jette un regard, me reconnait, et la on a saute de nos tables respectives pour se jeter dans les bras l'un de l'autre, comme des vieux potes pas vus depuis un bail (bah tiens, plus d'un an, quand meme !), completement sur le cul, mais super content de s'etre retrouves. D'accord, j'ai sympathise avec quelques Magyars, a Helsinki. D'accord, y'a du monde, a Sziget. Mais de la a tomber sur un type que je connaissais au milieu de cette foule... Je crois que je viens de me rajouter encore une rangee de nouilles, moi. Sur cette jolie fin (enfin, moi je la trouve jolie), je vais aller prendre une douche et me coucher, parce que a 6h du mat', ca urge bien.

Q1, toujours en direct de Budapest

Commenter cet article