Un jour au SPECTRE...

Publié le par Q1

Ce matin, en arrivant aux locaux secrets du SPECTRE, je sentis comme une agitation inhabituelle. Des agents montaient discrètement la garde, déguisés qui en pizzaiolo, qui en vendeur de chaussures, et un périmètre de sécurité (habilement dissimulé sous la forme d'une haie de troënes) avait été dressé de façon à interdire l'accès à l'entrée principale.

Arrivé dans mon bureau, je fus rapidement mis au parfum du pourquoi ce chambardement. Le MI6 avait profité de la nuit pour envoyer un missile sur nostre base. Il fallait régler ce problème, et j'allais m'en charger.
J'effectuais d'abord une étude ballistique  et un rapide calcul doublé d'un tracking GPS me donna l'origine exacte du missile.  Comme je soupçonnais le MI6 de tramer d'autres réjouissances, j'ordonnais immédiatement qu'une équipe d'intervention soit assemblée et envoyée en mission de sabotage de l'installation.

j'avais eu du flair. Mon équipe s'introduisit sans peine dans leur avant-poste et localisa un nouveau missile miniaturisé prêt à partir. Lechef d'équipe parvint à en empêcher le lancement et réussit même à nous ramener l'ogive.

Je pensais que le gros de la journée était effectué et que j'allais pouvoir regagner mon logement aussitôt que possible, mais un appel d'un officier paniqué changea mes plans. En effet, il se trouvait que l'on avait besoin en haut lieu d'accéder  à une malette spéciale, enfermée dans un coffre hypersécurisé. Et que personne n'en avait le code même si tout le monde avait le sautorisations requises pour y avoir accès.
J'ai donc mis ledit coffre à l'épreuve, son niveau de sécurité n'a pas résisté à mes assauts répétés. La malette fut récupérée, mais je dus ensuite me fader un rapport sur la piètre protection de nos documents ainsi que sur le défaut d'ortganisation responsable de cet auto-sabotage.

la vie d'agent du SPECTRE n'est pas toujours facile.

Commenter cet article